Organisation corps, espace et temps

La droite et la gauche

A quel âge l'enfant connait la droite et la gauche?

Aujourd’hui, je vais vous parler de la connaissance droite et gauche chez votre enfant.

Avant d’aller plus loin, regardez la personne qui est sur votre droite en face de vous et voyez si elle a une bague à sa main gauche 

 Vous venez en quelques secondes de tester votre repérage droite gauche sur vous, de décentrer cette notion à l’extérieur de vous et de faire appel à la réversibilité spatiale !

L’enfant acquiert la connaissance de la notion droite et gauche en 1er par rapport à son propre corps, vers 6 ans.

Il comprend qu’il a une main droite et une main gauche puis que tout son corps est fait d’un espace droit et d’un espace gauche, relié par son axe corporel.

Il l’intègre et l’apprend par les expériences motrices qu’il va faire depuis qu’il est en capacité de manipuler et à force d’entendre ses proches lui parler de ses 2 termes.

La réversibilité spatiale de la connaissance droite-gauche

Jusqu’à 8 ans environ, l’enfant fonctionne en miroir et ne peut pas imaginer que l’espace se retourne lorsque quelqu’un est en face de lui.

Ce n’est que vers cet âge que votre enfant aura compris la réversibilité de l’espace

Et c’est vers 10 ans qu’il saura décentrer ces notions de droite et de gauche et pourra par exemple comprendre une explication d’orientation sur un plan de ville.

Aller à droite puis tourner à gauche et ensuite aller à droite. Il commence à être bien plus à l’aise avec l’orientation dans l’espace.

Il apprendra à chaque fois ces notions, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, en premier lieu par les expériences corporelles avant de les intellectualiser et de les passer à un registre supérieur c’est-à-dire cognitif.

A présent que vous avez ces repères, je vais vous donner quelques astuces pour les enfants qui auraient un peu de difficultés à intégrer ses notions sur eux même.

Premièrement, vous pouvez trouver un repère sur lui qui pourrait l’aider à se repérer ; une montre mise à la main gauche par exemple, ou un grain de beauté qui serait sur le poignet droit.

Astuces pour intégrer de la droite-gauche

Vous pouvez également utiliser 2 autres techniques avec les mains qui sont soit d’essayer de dessiner un G majuscule avec ses mains et de repérer la main qui sait faire le G de gauche

Ou de dessiner un d minuscule avec ses mains ; celle qui y arrive est la droite

De la même façon, pour les enfants qui confondent souvent le sens des chaussures, vous pouvez vous amuser à utiliser des petits codes.

Pour les plus grands, vous pouvez prendre le code couleur vert et rouge qui correspond au feu vert et au feu rouge qui est le sens conventionnel d’organisation spatiale pour lire par exemple ou suivre les images d’un livre.

On démarre au feu vert à gauche et à on s’arrête au feu rouge à droite

Vous pouvez alors mettre une gommette sur les semelles de la chaussure par exemple.

Pour les enfants plus petits qui auraient 3 ou 4 ans, vous pouvez aussi trouver l’image d’un personnage que votre enfant apprécie, vous la coupez en 2 et collez chaque image dans l’intérieur de la chaussure.

Alors, à vous de jouer

La latéralité de l’enfant

Comment la connaitre ?

Dans cet article, je vais vous parler de la latéralité de votre enfant

De quoi s’agit-il ? Il ne faut pas confondre la latéralité avec la connaissance droite gauche de son corps et ensuite de l’espace.

Il s’agit donc de l’utilisation préférentielle d’un côté du corps vis-à-vis de l’autre côté.

Les études montrent qu’un enfant sur 4 rencontrerait des difficultés de latéralité.

Ils nous paraient donc important de vous donner les éléments pour mieux comprendre cette latéralité et pouvoir mieux la suivre et accompagner votre enfant.

Ce choix se fait de façon génétique, neurophysiologique, affectif et environnemental.

La latéralité: main, oeil et pied

Il concerne la main mais aussi le pied et l’œil. Plus rarement, nous parlons de l’oreille car elle a moins d’impact sur la motricité de l’enfant mais c’est aussi son cas. Cette latéralité peut être homogène c’est-à-dire que l’enfant sera tout droitier ou tout gaucher. Mais elle peut aussi être hétérogène, avec par exemple une dominance à droite pour la main et le pied et à gauche pour l’œil.

Le processus qui va amener l’enfant à avoir une latéralité établie, c’est-à-dire une dominance pour un œil, une main et un pied, s’appelle la latéralisation.

En effet, le cerveau est constitué de 2 hémisphères, un droit et un gauche qui ont une action sur l’hémicorps opposé. C’est-à-dire que mon hémisphère droit commande mon hémicorps gauche et inversement.

Cette latéralisation va se faire selon notre code génétique car en effet, on retrouve une plus grande proportion de gaucher dans une famille où il y a des gauchers, chez les parents et grands-parents

Elle va également se faire selon les expériences psychomotrices de l’enfant. La motricité de l’enfant va impacter la myélinisation des neurones et aura ainsi un effet sur les compétences et le perfectionnement de la latéralité.

Ce processus de latéralisation débute dès la grossesse et s’achève vers 6 à 7 ans.

Toutefois, dès 3 à 4 ans, on peut déjà observer une dominance qui apparait plus nettement.

Enfin, elle va également se faire selon l’environnement et parfois l’enfant peut aussi imiter les autres et ne pas s’écouter suffisamment.

Il ne faut pas figer l’enfant trop vite dans un choix préférentiel d’une main et c’est ce que l’on voit assez souvent. Involontairement, on influence le choix de l’enfant en tendant la cuillère ou le crayon d’un côté par exemple.

Le mieux est de laisser l’enfant attraper seul en ayant mis les objets dans l’axe de son corps, face à lui. Ainsi c’est spontanément avec sa main dominante qu’il attrapera les choses.

Si un enfant hésite dans le choix de sa main à 4 ans en MSM, ce n’est pas grave. Il faut observer quelle main il utilise lors de gestes spontanés, irréfléchis, par exemple lorsqu’il se brosse les dents ou lorsqu’il ouvre une porte.

 

Petites astuces pour accompagner la latéralité

Les petites astuces pour mieux connaitre la latéralité d’un enfant vont être de bien l’observer lorsqu’il tape spontanément dans un ballon, qu’il lance un objet tenu dans une main ou qu’il attrape une balle à une seule main, qu’il regarde dans un rouleau de papier toilette pour faire une longue vue, par exemple.

Le côté dominant est souvent le plus tonique ; vous l’observez par exemple lorsque vous voyez quelqu’un marcher.

Le bras qui reste le plus figé le long du corps est le dominant

Chez votre enfant, vous pouvez l’observer par exemple lorsqu’il court, au travers des jeux de parcours ou lors d’une balade en forêt 

C’est au travers de ses parcours et des jeux de motricité fine qu’il exercera ses habiletés et qu’il se rendra compte, par expérience, du côté qui fonctionne le mieux et qui a le plus de précision, de force et de vitesse.

Maintenant c’est à vous de jouer !

Le dessin du bonhomme

Parlons de l'image du corps

En tant que psychomotricien, nous faisons passer le test du dessin du bonhomme aux enfants que nous recevons.

Cette demande que nous faisons est différente de celle de la connaissance de son schéma corporel qui une fois intégré est identique à tous au sein d’une même espèce.

 Ce test du dessin du bonhomme nous donne accès à l’image du corps de l’enfant qui est propre à chacun et qui est évolutive tout au long du développement ; elle permet de comprendre la représentation inconsciente que l’enfant à de son propre corps.

Cette représentation sera fonction de l’utilisation qu’il a de son corps, engagé dans ses relations à son environnement.

C’est donc un dessin riche de sens et qui n’est pas un apprentissage.

Si on apprend à un enfant à le dessiner, alors il devient uniquement une représentation de la connaissance du schéma corporel.

Le dessin du bonhomme est différent du schéma corporel

L’enfant communique par le dessin et il n’est donc pas question de le reprendre et de lui dire comment il devrait faire.

En revanche, il est intéressant de le faire parler de son dessin en lui demandant par exemple « raconte moi ton dessin » et alors votre enfant va affiner la représentation qu’il a fait par tout une narration qui a autant d’intérêt que son dessin.

Celui-ci évolue avec l’âge de l’enfant allant du bonhomme têtard jusqu’au personnage élaboré qui sera habillé et en volume.

Selon les enfants, certains ne dessineront que le bonhomme, alors que d’autres intégreront de nombreux détails autour de lui.

Une étude a mis en avant que les enfants qui passent plus de 2h par jour devant les écrans ont une représentation bien moindre par rapport aux enfants qui jouent et qui sont en interaction.

En effet, la représentation que ce fait l’enfant de lui sera en lien avec son activité psychomotrice donc en lien avec sa sensorialité et avec l’investissement corporel qu’il a.

Elle sera aussi fonction de son milieu affectif et relationnel.

Quoi qu’il en soit, je vous conseille d’immortaliser ces dessins dans votre photothèque car ce sont des souvenirs que vous regarderez avec plaisir dans quelques années.

Je vous dis à bientôt et à vous de jouer

Le schéma corporel de l’enfant

Parlons de Schéma corporel

Dans cet article, je vais vous parler du schéma corporel, vous dire ce qu’il signifie, à quoi il sert et comment l’intégrer ?

Le schéma corporel est la perception et la connaissance que l’enfant a de son corps.

C’est la carte mentale qu’il se fait de l‘ensemble des parties de son corps

L’enfant intègre son schéma corporel dès les 1ers mois de vie par ses 6 sens notamment la vue, le toucher et la proprioception, mais aussi par les perceptions internes telles que les gargouillis, la faim ou la douleur.

Le schéma corporel est évolutif et ont dit qu’il s’achève vers 7 à 8 ans. Mais il y aura des événements dans la vie qui le feront évoluer et se modifier, notamment le passage à l’adolescence, ou lors d’une grossesse par exemple.

Le schéma corporel à tout âge

L’enfant va donc apprendre à connaitre son corps en 1er lieu par les perceptions et les sensations qu’il va vivre

Puis il saura mettre des mots et donc nommer progressivement son schéma corporel vers 2-3 ans et ceci jusqu’à 7-8 ans.

On dit alors qu’il passe d’un corps vécu et perçu à un corps connu et su

La bonne intégration du schéma corporel va donc de pair avec la motricité libre du jeune enfant puis avec l’ensemble des activités motrices qu’il pourra faire et expérimenter !

En effet, l’activité psychomotrice libre de l’enfant et l’intégration de son schéma corporel sont donc intimement lié, l’un renforçant l’autre pour aboutir à une maitrise de son corps.

Cette maitrise signifie que l’enfant aura acquis de bonnes coordinations, un bon équilibre et une bonne justesse de sa force adaptée aux diverses situations et il pourra réussir tout cela avant tout car il aura intégré son schéma corporel parfaitement

Il aura alors toutes les compétences pour « réussir » dans ses nouveaux apprentissages que ce soit celui du vélo ou celui de l’écriture ou encore d’une nouvelle pratique sportive ou artistique.

Vous l’aurez compris, il est important que l’enfant ait une motricité libre et variée que l’on parle d’un bébé de 3 mois ou d’un enfant de 6 ans.

Apprendre en jouant et en bougeant est donc bien une réalité et une vérité scientifique.

Je vous laisse poursuivre les vignettes suivantes où je vais vous donner des idées de jeu pour éveiller le schéma corporel de votre enfant.

Alors, à vous de jouer